------------------------ Article ------------------------

Anorexie

Un régime alimentaire empreint de restrictions


Les personnes souffrant d’un trouble de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) comme l’anorexie ou la boulimie vivent une relation complexe avec la nourriture qui les amène à développer de l’anxiété, de la colère, de la peur et de la culpabilité. Ces patients ont donc recours à des comportements déviants en ce qui a trait à leur alimentation et la restriction alimentaire constitue une stratégie largement observée [1-5].

Ce que vous devez retenir:

• Les patients souffrant d’anorexie ou de boulimie peuvent présenter des comportements alimentaires restrictifs dans le but de contrôler ou réduire leur poids ou utilisent la restriction comme méthode compensatoire suite à des excès alimentaires.

Des restrictions importantes

Les patients atteints d’anorexie et de boulimie présentent différentes attitudes déviantes en lien avec la nourriture ou au niveau de leur alimentation [1, 6]. On remarque chez ces personnes une difficulté à faire des choix alimentaires, la crainte de manger avec autrui, une classification dichotomique des aliments (bons ou mauvais, sécuritaires ou dangereux), une incompétence dans la gestion des repas, de fausses croyances ou idées concernant la nutrition, une colère lorsque la faim se fait sentir et/ou l’ingestion d’aliments pour gérer des émotions [2, 5]. La restriction alimentaire peut être utilisée comme méthode compensatoire pour contrôler le poids à la suite d’une prise alimentaire (par exemple suite à une orgie alimentaire), mais elle peut aussi survenir seule sans épisode spécifique (par exemple une journée de jeûne) [3]. Cependant, il semblerait qu’une restriction alimentaire, quelle qu’elle soit (jeûne, évitement de certains types d’aliments ou contrôle de la quantité d’aliments consommés), mènerait souvent (mais pas toujours) à une crise boulimique [3, 7].

 

Restriction alimentaire chez les anorexiques

L’anorexie est un TACA caractérisé par une restriction énergétique relativement aux besoins menant à un poids significativement bas pour l’âge, le sexe et la santé [1]. Les anorexiques ressentent une grande nécessité de contrôler leur environnement, ont des pensées rigides, sont perfectionnistes et connaissent peu de spontanéité sociale, des éléments qui se traduisent tous dans leurs comportements alimentaires [2]. En effet, ces patients (principalement ceux de type restrictif) emploient différentes méthodes restrictives telles le jeûne ou l’évitement de certains repas, la consommation de très petites quantités d’aliments, l’élimination ou la limitation d’aliments spécifiques, de certains types d’aliments ou de nutriments particuliers dans le but de maintenir ou de réduire leur poids [4, 7, 8]. En ce sens, Huse et coll. [9] ont remarqué que les anorexiques se nourrissent principalement de fruits et légumes, évitent les aliments ayant des teneurs élevées en matières grasses et réduisent drastiquement leur apport en glucides. De Young et coll. [4] suggèrent même que la fréquence des restrictions alimentaires chez ces patients pourrait représenter une dimension de gravité (non basée sur le poids) de la maladie indépendante de l’indice de masse corporelle (IMC).

 

Restriction alimentaire chez les boulimiques

La boulimie est un TACA caractérisé par des orgies alimentaires et l’adoption de méthodes compensatoires inappropriées (comme des vomissements ou l’abus de laxatifs) pour contrôler le poids [1]. La restriction constitue aussi un moyen fréquemment observé chez ces patients pour contrôler leur poids ou pour compenser les excès alimentaires, mais contrairement à la restriction des anorexiques qui est continue, celle des boulimiques est plutôt intermittente et entrecoupée d’épisodes de dérapes alimentaires [8]. Les résultats d’Alvarenga et coll. [5] montrent que la restriction alimentaire constitue un moyen fortement utilisé chez les boulimiques et peut même persister dans le temps après la rémission du TACA. En effet, plus de la moitié de leurs sujets boulimiques ayant participé à 24 semaines de suivi pour traiter leur TACA présentaient toujours une certaine forme de restriction alimentaire après le suivi, même lorsqu’ils ne répondaient plus aux critères diagnostiques pour la boulimie.

 

Les restrictions alimentaires chez les hommes

Les études abordant la restriction alimentaire chez les patients atteints d’un TACA regroupent presqu’exclusivement des sujets féminins. Les comportements restrictifs des hommes anorexiques ou boulimiques ne figurent pas encore dans les recherches scientifiques. Il serait donc intéressant et pertinent de se concentrer sur cet aspect chez les hommes souffrant de TACA pour valider s’ils présentent eux aussi les mêmes pensées restrictives que les femmes anorexiques ou boulimiques.

 

Références

  1. American Psychiatric Association, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorder (DSM-5). Fifth ed, ed. A.p. publisher. 2013: Washington DC.
  2. Alvarenga, M., et al., Eating attitudes of anorexia nervosa, bulimia nervosa, binge eating disorder and obesity without eating disorder female patients: differences and similarities. Physiology & behavior, 2014. 131: p. 99-104.
  3. De Young, K.P., et al., Bidirectional associations between binge eating and restriction in anorexia nervosa. An ecological momentary assessment study. Appetite, 2014. 83: p. 69-74.
  4. De Young, K.P., et al., Restrictive eating behaviors are a nonweight‐based marker of severity in anorexia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 2013. 46(8): p. 849-854.
  5. Alvarenga, M.S., F.B. Scagliusi, and S.T. Philippi, Changing attitudes, beliefs and feelings towards food in bulimic patients. Arch Latinoam Nutr, 2008. 58(3): p. 274-9.
  6. Goldschmidt, A.B., et al., Latent profile analysis of eating episodes in anorexia nervosa. Journal of psychiatric research, 2014. 53: p. 193-199.
  7. Elran‐Barak, R., et al., Eating patterns in youth with restricting and binge eating/purging type anorexia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 2014. 47(8): p. 878-883.
  8. van der Ster Wallin, G., C. Norring, and S. Holmgren, Selective dieting patterns among anorectics and bulimics at the onset of eating disorder. European Eating Disorders Review, 1994. 2(4): p. 221-232.
  9. Huse, D.M. and A.R. Lucas, Dietary patterns in anorexia nervosa. The American journal of clinical nutrition, 1984. 40(2): p. 251-254.

Dernière mise à jour : 25 janvier 2016 à 14h20

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire