------------------------ Article ------------------------

Dépression

Traumatismes et développement des troubles de l’alimentation


Bien que d’autres études soient nécessaires pour confirmer ce lien, il semblerait que l’adversité et les événements traumatisants majeurs vécus durant l’enfance constituent des facteurs de risque importants du développement des troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) [1-5]. Les abus sexuels, la violence parentale ou même la guerre représentent quelques-uns des stress pouvant influencer l’apparition d’un TACA [1, 4, 6-10].

Ce que vous devez retenir:

• Les abus sexuels vécus durant l’enfance constituent un facteur de risque pour la boulimie.

• Un environnement familial hostile où la violence est présente influencerait l’apparition de TACA plus tard dans la vie.

• Un individu évoluant en période de guerre a plus de risques de développer un TACA au cours de sa vie.

Abus sexuels durant l’enfance

Plusieurs études se sont intéressées au lien probable entre les abus sexuels vécus durant l’enfance et le développement de TACA plus tard dans la vie [6, 7]. La revue de littérature de Wonderlich et coll. [6] indique qu’une histoire d’abus sexuels durant l’enfance constitue un facteur de risque non-spécifique pour la boulimie au cours de la vie, particulièrement lorsqu’une comorbidité psychiatrique est présente [10]. Ils précisent aussi que la présence de tels abus durant l’enfance est plus fortement associée à la boulimie (ou des TACA de type boulimique) qu’à une anorexie de type restrictive [3, 5, 6]. Cependant, il semblerait que de tels événements ne soient pas liés à un degré de sévérité plus élevé de la maladie [6, 7].

La revue de littérature de Madowitz et coll. [7] souligne aussi que les patients atteints de TACA présentent une prévalence plus importante de traumatismes sexuels. Les conclusions des études qu’ils ont consultées suggèrent que les abus sexuels précèdent les TACA et que ces événements stressants contribuent au développement de ces troubles [3, 7]. Les auteurs mentionnent que de tels traumatismes sont considérés comme un facteur distal dans le développement d’un TACA, c’est-à-dire un événement qui ne cause pas directement l’apparition dudit TACA, mais qui peut le précéder dans un laps de temps significatif [7].

Le CRIPHASE peut vous aider

Le Centre de Ressources et d’Intervention Pour Hommes Abusés Sexuellement dans leur Enfance (CRIPHASE) est un organisme à but non lucratif, qui aide les hommes ayant vécu ce traumatisme, à se libérer de ce lourd fardeau et à vivre une vie plus heureuse. Ce centre a comme objectif de répondre à la demande croissante et régulière d’aide et de soutien provenant d’hommes qui ont été abusés sexuellement dans leur enfance et qui cherchent à améliorer leur bien-être personnel et social. Pour en savoir plus, visitez le www.criphase.org.

 

Violence et négligence durant l’enfance

Les abus physiques et la violence familiale vécus durant l’enfance influencent l’apparition des symptômes de TACA chez les adolescents et les jeunes adultes (des deux genres) [11-13]. En effet, il semblerait que des environnements familiaux hostiles impliquant une victimisation directe entraveraient le développement de la régulation des émotions adaptatives, ce qui influencerait le développement de TACA [11]. Brady [11] souligne que les victimes de violence familiale mais aussi les témoins de ces abus physiques connaissent à la fois une symptomatologie affective et une symptomatologie en lien avec des troubles alimentaires, ce qui suggère que la violence familiale n’est pas uniquement dépendante d’une expérience personnelle d’abus physiques.

Les résultats de Johnson et coll. [12] soulignent que des comportements parentaux inadaptés, par exemple un manque d’affection, des soins déficients, peu d’empathie, un grand contrôle, une surprotection ou de la séduction, particulièrement de la part du père, joueraient un rôle dans le développement de TACA chez les individus subissant ces négligences.

 

Guerre

Vivre en situation de guerre représente un des événements les plus stressants qu’une personne peut connaître. Pour les populations militaires, la guerre est associée à une incidence plus élevée d’anxiété, de dépression, de troubles de stress post-traumatique ainsi que de TACA [1]. En effet, les résultats de Jacobson et coll. [14] ont montré un risque 1,8 fois plus élevé de développer un TACA chez des femmes militaires appelées au combat.

Les effets de la guerre ne se limitent pas qu’aux soldats. Les résultats d’Aoun et coll. [1] ont montré une prévalence élevée de TACA chez des étudiants libanais peu après la guerre de 2006. Selon les auteurs, un changement dans les habitudes alimentaires durant la guerre serait associé à un risque accru de développer un TACA. Ceci laisse entrevoir que d’être exposé à la guerre et la modification des habitudes alimentaires durant cet important stress constituent des facteurs de risque significatifs de TACA [1]. Les auteurs soulignent que la présence d’un seul facteur de stress (comme le désir de perdre du poids) ne serait peut-être pas suffisant pour influencer le développement d’un TACA dans un environnement sans élément stressant, mais lorsqu’il survient en interaction avec des agents stressants de hauts niveaux (i.e. la guerre), ceci pourrait précipiter l’apparition d’un TACA plus tard dans la vie [1].

 

Le lien chez les hommes

La majorité des études consultées regroupaient des sujets féminins. Peu d’études s’intéressaient au lien d’événements traumatisants et leurs effets probables au niveau du développement de TACA chez les hommes spécifiquement. Il serait intéressant de se pencher sur cette question pour comprendre l’impact des stress vécus plus tôt dans la vie et le développement de TACA chez les hommes.

 

Références

  1. Aoun, A., et al., War stress may be another risk factor for eating disorders in civilians: a study in Lebanese University Students. General hospital psychiatry, 2013. 35(4): p. 393-397.
  2. Bodell, L.P., et al., Does the stress generation hypothesis apply to eating disorders?: An examination of stress generation in eating, depressive, and anxiety symptoms. Journal of affective disorders, 2012. 142(1): p. 139-142.
  3. Smyth, J.M., et al., The influence of reported trauma and adverse events on eating disturbance in young adults. International Journal of Eating Disorders, 2008. 41(3): p. 195-202.
  4. Monteleone, A.M., et al., Childhood trauma and cortisol awakening response in symptomatic patients with anorexia nervosa and bulimia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 2015.
  5. Razzoli, M., V. Sanghez, and A. Bartolomucci, Chronic subordination stress induces hyperphagia and disrupts eating behavior in mice modeling binge-eating-like disorder. Frontiers in nutrition, 2015. 1(30).
  6. Wonderlich, S.A., et al., Relationship of childhood sexual abuse and eating disorders. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 1997. 36(8): p. 1107-1115.
  7. Madowitz, J., B.E. Matheson, and J. Liang, The relationship between eating disorders and sexual trauma. Eating and Weight Disorders-Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, 2015: p. 1-13.
  8. Wonderlich, S.A., et al., Eating disturbance and sexual trauma in childhood and adulthood. International Journal of Eating Disorders, 2001. 30(4): p. 401-412.
  9. Moulton, S.J., et al., Childhood trauma and eating psychopathology: A mediating role for dissociation and emotion dysregulation? Child abuse & neglect, 2015. 39: p. 167-174.
  10. Reyes-Rodríguez, M.L., et al., Post traumatic stress disorder in anorexia nervosa. Psychosomatic medicine, 2011. 73(6): p. 491.
  11. Brady, S.S., Lifetime family violence exposure is associated with current symptoms of eating disorders among both young men and women. Journal of Traumatic Stress, 2008. 21(3): p. 347-351.
  12. Johnson, J.G., et al., Childhood adversities associated with risk for eating disorders or weight problems during adolescence or early adulthood. American Journal of Psychiatry, 2002.
  13. McCormack, L., V. Lewis, and J.R. Wells, Early life loss and trauma: eating disorder onset in a middle-aged male–a case study. Am J Mens Health, 2014. 8(2): p. 121-36.
  14. Jacobson, I.G., et al., Disordered eating and weight changes after deployment: longitudinal assessment of a large US military cohort. American journal of epidemiology, 2009. 169(4): p. 415-427.

Dernière mise à jour : 3 février 2016 à 12h08

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire