------------------------ Article ------------------------

Masculinité

Qu’est-ce que la masculinité?


Le genre est souvent associé au sexe biologique, homme ou femme. Toutefois, utiliser ce terme de cette façon ne permet pas de représenter toutes les formes que les genres peuvent prendre chez les individus.

Ce que vous devez retenir:

• La masculinité est un construit de la société. La définition de ce qui est masculin peut donc changer d’une société à l’autre et dans le temps.

• La masculinité hégémonique réfère au stéréotype de la masculinité « parfaite ».

• Il existe différents modèles de masculinité, mais ces derniers sont habituellement considérés comme moins idéaux que la masculinité hégémonique.

Selon la perspective constructiviste, les genres sont des rôles joués par les individus qui se basent sur des concepts de féminité et de masculinité provenant de leur culture. [1] Ainsi, le genre ne se situe pas dans la personne, mais plutôt dans les actions qu’elle porte. Les genres sont indépendants du sexe biologique. [2]

Les manifestations de la féminité et de la masculinité sont multiples et dynamiques, c’est-à-dire qu’elles évoluent dans le temps et dans les sociétés. [2] Un comportement qui est considéré comme masculin pendant une certaine période donnée ou dans une culture en particulier peut être considéré comme féminin par d’autres individus appartenant à une autre époque ou une autre société.

Il existe donc différents types de masculinité, mais ces dernières ne sont pas toutes équivalentes. La masculinité hégémonique réfère à «l’idéal» de masculinité dominant. [3] Cette masculinité hégémonique n’existe qu’en théorie. Elle est un construit de la culture. [4] C’est toutefois cet idéal qui est émulé par la société. Les hommes pigent dans ce concept abstrait et l’utilise comme point de référence pour construire leur propre masculinité en intégrant par la socialisation les normes et les attentes de leur milieu liées à ces comportement. Généralement, les hommes tentent de correspondre à ces normes. [5] La masculinité hégémonique occidentale contemporaine réfère à l’homme blanc, hétérosexuel et de classe moyenne possédant des traits masculins stéréotypés tels que l’assurance, le contrôle, la force physique ou l’absence d’émotions. [6]

Tout comportement qui déroge de la masculinité hégémonique est considéré comme féminin ou comme appartenant à des masculinités alternatives dont sont notamment acteurs les hommes homosexuels ou ceux appartenant à des minorités ethniques. [1] Ces masculinités alternatives se subordonnent à la masculinité hégémonique. Les hommes subissent une pression beaucoup plus forte que les femmes à adhérer à des comportements cohérents avec leur sexe biologique. [3] Déroger du stéréotype de la masculinité hégémonique est souvent mal perçu par la société et les hommes qui ne s’y conforment pas risques de vivre une certaines condamnation sociale. [5]

Les comportements associés à la santé sont une des façons que les hommes utilisent pour établir leur identité masculine. Les hommes qui adoptent des comportements liés à la santé qui réfèrent à une masculinité plus traditionnelle ou tendant vers l’hégémonie souffrent de plus grands risques de santé que ceux qui adoptent des comportements de santé associés à des masculinités alternatives ou à la féminité. [3]

 

Références

  1. Kasten, G., Food choices amongst gay men, in Human nutrition. 2009, The university of British-Columbia: Vancouver.
  2. Courtenay, W.H., Constructions of masculinity and their influence on men’s well-being: a theory of gender and health. Social Science & Medecine, 2000. 50: p. 1385-1401.
  3. Courtenay, W.H., Endangering health: a social constructionist examination of men’s health beliefs and behaviors. Psychology of Men & Masculinity, 2000. 1: p. 4-15.
  4. Connell, R.W., A very straight gay : masculinity, homosexual experience, and the dynamics of gender. American Sociological Review, 1992. 57(6): p. 735-751.
  5. Tremblay, G. and M.-A. Morin, Conflits de rôle de genre et dépression chez les hommes, in Collection Études & Analyses. 2007, Université Laval: Québec.
  6. Evans, J., et al., Health, Illness, Men and Masculinities (HIMM): a theoretical framework for understanding men and their health. Journal of Men’s Health, 2011. 8(1): p. 7-15.

Dernière mise à jour : 28 janvier 2016 à 13h09

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire