------------------------ Article ------------------------

Comorbidités

Quand la perte de poids altère les capacités intellectuelles


Les personnes atteintes d’un trouble de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) peuvent présenter une détérioration de leurs capacités intellectuelles, une conséquence potentielle d’une perte de poids importante [1-3]. C’est du moins ce que certains auteurs suggèrent, cependant les études sur ce sujet sont peu nombreuses et les résultats ne corrèlent pas toujours dans le même sens [1, 2, 4].

Ce que vous devez retenir :

• Bien que les résultats des études ne concordent pas toutes dans le même sens, il semblerait que la perte de poids remarquée chez les patients souffrant d’anorexie pourrait influencer leurs fonctions cognitives.

Des performances cognitives altérées

La restriction énergétique extrême que s’imposent les patients souffrant d’anorexie les mène souvent vers une perte de poids importante et une malnutrition pouvant compromettre leur santé globale. En effet, il n’est pas rare d’observer plusieurs complications médicales sévères chez les anorexiques, comme une anémie, de l’ostéoporose ou des problèmes cardiovasculaires [5]. Chez certains patients, un statut nutritionnel précaire et/ou un poids significativement bas pourraient même altérer leurs capacités intellectuelles [2].

Les effets d’une perte de poids sévère sur les capacités intellectuelles ont été étudiés par Sutker et coll. [4] chez d’anciens militaires ayant été gardés captifs en période de guerre. Leurs résultats ont montré la présence de troubles de mémoire et d’apprentissage plus importants chez les sujets ayant connu une plus grande perte de poids pendant leur captivité lorsqu’ils étaient comparés à ceux ayant perdu moins de poids [2, 4].

L’étude de Chui et coll. [1] s’est plutôt intéressée à des adolescentes souffrant d’anorexie et leurs résultats ont montré la présence de déficits neuropsychologiques lorsque les patientes étaient comparées à un groupe d’adolescentes en santé. Ils ont aussi remarqué des anomalies structurales au niveau du cerveau et des capacités cognitives altérées de façon plus marquée lorsque les patientes présentaient une irrégularité dans leur cycle menstruel [1].

Cependant, les résultats de Mathias et coll. [2] n’ont remarqué que très peu de différences entre les performances cognitives de patients émaciés souffrant d’anorexie lorsqu’on les comparait à un groupe contrôle. Différentes capacités intellectuelles ont été étudiées et elles semblaient toutes intactes dans les deux groupes. Les résultats de Mathias et coll. [2] suggèrent donc qu’une perte de poids importante et des déséquilibres nutritionnels chez les patients anorexiques n’ont qu’un très faible impact sur la fonction cognitive.

 

Les capacités intellectuelles chez les hommes anorexiques

Les études consultées n’ont pas rapporté de résultats spécifiques aux hommes anorexiques. Les recherches sur ce sujet étant peu nombreuses et les conclusions plutôt contradictoires, il est difficile de définir clairement si les hommes présentent des fonctions cognitives altérées durant la période active de leur TACA. Des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour mieux comprendre ce lien potentiel chez les hommes.

 

Références

  1. Chui, H.T., et al., Cognitive function and brain structure in females with a history of adolescent-onset anorexia nervosa. Pediatrics, 2008. 122(2): p. e426-e437.
  2. Mathias, J.L. and P.S. Kent, Neuropsychological consequences of extreme weight loss and dietary restriction in patients with anorexia nervosa. Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology, 1998. 20(4): p. 548-564.
  3. Martinez, G., et al., L’anorexie mentale à la lumière du fonctionnement neurocognitif: nouvelles perspectives théoriques et thérapeutiques. L’Encéphale, 2014. 40(2): p. 160-167.
  4. Sutker, P.B., et al., Memory, attention, and executive deficits in POW survivors: contributing biological and psychological factors. Neuropsychology, 1995. 9(1): p. 118.
  5. American Psychiatric Association, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorder (DSM-5). Fifth ed, ed. A.p. publisher. 2013: Washington DC.

Dernière mise à jour : 25 janvier 2016 à 15h19

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire