------------------------ Article ------------------------

Image corporelle

Outils de mesure des troubles liés à l’insatisfaction corporelle


Il est primordial d’évaluer l’insatisfaction corporelle (IC) chez les hommes, puisqu’elle constitue un élément central lié à l’apparition des troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) et des troubles liés à l’activité physique (comme la dysmorphie musculaire) [1].

Ce que vous devez retenir:

• L’IC constitue un facteur important impliqué dans le développement de TACA, de la dysmorphie musculaire et de la dépression chez les hommes.

• Plusieurs outils d’évaluation de l’IC sont disponibles et concernent les préoccupations des hommes quant à leur image corporelle.

Comprendre l’IC

L’IC fait partie des troubles liés à l’image corporelle et peut prendre différentes formes : avoir une image déformée de son corps, considérer que son corps ne correspond pas aux idéaux et éprouver des sentiments négatifs à l’égard de son corps [2]. Les hommes frappés du complexe d’Adonis sont non seulement préoccupés ou insatisfaits à l’égard de leur image corporelle, mais ils ont aussi une image déformée de leur corps, se percevant différemment (et habituellement pire) que ce qu’ils sont [3]. La perception qu’ils ont de leur masculinité est également affectée [3].

L’IC chez les hommes constitue un élément-clé de certains problèmes de santé mentale tels que les TACA, la dysmorphie musculaire (DM) et la dépression [1, 4]. Les idéaux de beauté projetés par la société voulant que les hommes développent un corps hyper-mésomorphique (haut du corps très musclé et bas du corps mince) et hyper-mince (ayant une faible masse adipeuse) en combinaison avec les pressions extérieures des parents et des pairs peuvent influencer négativement les garçons et les hommes au niveau de leur image corporelle et leurs comportements alimentaires [1, 4, 5].

Le développement d’outils de mesure évaluant l’IC a été amorcé plus récemment, et constitue une démarche essentielle pour certains professionnels de la santé afin de mieux comprendre, évaluer et traiter leurs patients masculins présentant un trouble de l’image corporelle [1]. Il existe plusieurs outils permettant d’évaluer l’IC chez les hommes, les principaux sont présentés ici :

 

Drive for Muscularity Scale

Le Drive for Muscularity Scale (DMS) est un questionnaire de 15 items évaluant les attitudes et les comportements reliés à la satisfaction d’avoir une apparence musclée (ou à l’insatisfaction d’être insuffisamment musclé ou trop petit). Sa validité a été démontrée. Des résultats plus élevés au questionnaire DMS sont reliés à une plus faible estime de soi chez les hommes et de plus grands niveaux de dépression [5, 6].

 

Body Parts Satisfaction Scale for Men

Le Body Parts Satisfaction Scale for Men (BPSS-M) est un questionnaire de 25 items focussant sur trois principaux aspects en lien avec l’IC chez les hommes (le haut du corps ou « Upper Body », les jambes et le visage) ainsi que sur la masse musculaire et la minceur (c’est-à-dire une faible masse adipeuse). Il peut être utilisé par les professionnels de la santé pour évaluer les préoccupations en lien avec l’image corporelle pour ainsi dépister des comportements alimentaires troubles, une pratique excessive d’activités physiques ou encore des symptômes dépressifs, anxieux ou une faible estime de soi. Selon les résultats obtenus du BPSS-M, l’IC (particulièment celle liée au haut du corps et au visage) était associée à une plus grande symptomatologie boulimique, une intention de se restreindre au niveau alimentaire, de l’hostilité, de la culpabilité ainsi que des symptômes dépressifs. Le BPSS-M a aussi montré que d’être satisfait de son corps est associé à un meilleur bien-être psychologique général chez les hommes. Sa validité a été démontrée auprès de jeunes étudiants masculins [1].

 

Male Body Talk Scale

Le Male Body Talk Scale (MBTS) est un questionnaire de 16 items (ci-bas) évaluant la fréquence de commentaires négatifs qu’un homme émet à autrui en lien avec son apparence physique. Parmi les 16 questions, dix sont associées au « Muscle Talk » (discussion en lien avec les muscles) et permettent d’évaluer la tendance qu’un homme a d’exprimer ses préoccupations concernant sa masse musculaire (soit d’être insuffisamment musclé ou trop petit) et six sont associées au « Fat Talk » (discussion en lien avec le gras) et se concentrent davantage sur l’aspect du gras corporel (soit d’être trop gros et d’avoir le désir d’être plus mince/moins gras). Le « Muscle Talk » est relié à une IC du haut du corps, un désir de développer sa masse musculaire, des symptômes de DM ainsi que des attitudes et des comportements alimentaires troubles. Le MBTS est un outil valide permettant aux professionnels de la santé d’évaluer la fréquence des discussions qu’ont leurs patients au sujet de leur image corporelle [4].

Male Body Talk Scale (MBTS)*

On the following scale from 1 to 7, how often do you say things like:
1=never, 2=rarely, 3=occasionally, 4=sometimes, 5=frequently, 6=usually, 7=always.

Sur une échelle de 1 à 7, à quelle fréquence dites-vous :
1=jamais, 2=rarement, 3=occasionnellement, 4=de temps en temps, 5=fréquemment, 6=habituellement, 7=toujours.

1. I want a six-pack. a / Je désire un “six-pack”.
2. I wish I could lose this belly fat. b / J’aimerais perdre le gras de mon ventre.
3. I need to go on a diet. b / Je dois entreprendre un régime amaigrissant.
4. I wish I had bigger biceps. a / J’aimerais avoir de plus gros biceps.
5. I wish my chest were more muscular. a / J’aimerais que ma poitrine soit plus musclée.
6. I want to add bulk. a / J’aimerais avoir plus de masse.
7. I need to lose some weight. b / J’ai besoin de perdre du poids.
8. I wish my abs were more toned. a / J’aimerais que mes abdominaux soient plus fermes.
9. I wish I could lose this gut. b / J’aimerais pouvoir perdre ce ventre.
10. I need to start watching what I eat. b / Je dois commencer à contrôler ce que je mange.
11. I need to lift weights more. a / J’ai besoin de soulever plus de poids.
12. I should work on my abs. a / Je devrais travailler sur mes abdominaux.
13. I need to lose a few pounds. b / J’ai besoin de perdre quelques livres.
14. I wish I could bulk up a little. a / J’aimerais prendre de la masse.
15. I want to have more muscle. a / J’aimerais avoir plus de muscles.
16. I wish I had more muscular arms. a / J’aimerais avoir des bras plus musclés.

a Échelle “Muscle Talk”.
b Échelle “Fat Talk”.

*Traduction libre.

Body Appreciation Scale

Selon certains auteurs, l’image corporelle est presqu’exclusivement conceptualisée et évaluée selon des dimensions négatives, telles que l’IC, la honte (de son corps) et une préoccupation de son image corporelle [7, 8]. En 2005, Avalos et coll. [8] ont donc développé The Body Appreciation Scale (BAS), un outil servant à mesurer l’appréciation corporelle en posant des questions positives sur l’apparence de l’individu. Selon ces auteurs, l’appréciation corporelle est définie comme étant l’acceptation de son corps, le respect qu’on lui offre et la conceptualisation d’opinions favorables à l’égard de celui-ci, ainsi que le rejet des idéaux promus dans les médias et apparaissant comme étant la seule forme de beauté [7, 8]. Les scores du BAS (version « Hommes ») ont été associés positivement à une alimentation intuitive et inversement associés aux symptômes de TACA et à la consommation de médias [7, 9]. Selon Tylka et coll. [9], les hommes en général présenteraient des scores moyens de BAS plus élevés que les femmes, ce qui laisse entrevoir que les hommes ont des attitudes plus positives en lien avec leur image corporelle que les femmes.

En 2015, Tylka et coll. [7] publiaient les résultats obtenus de trois études ayant analysé une version révisée du BAS (le BAS-2, ci-bas). Cette nouvelle échelle de mesure compte désormais 10 items (plutôt que 13) et peut être utilisée indépendamment du genre (contrairement au BAS-1 qui comptait une version adaptée pour les hommes et une autre pour les femmes) [7].

Body Appreciation Scale-2 (BAS-2)*

Indicate whether the question is true about you never, sheldom (rarely), sometimes, often, or always.
1 = Never, 2 = Sheldom (rarely), 3 = Sometimes, 4 = Often, 5 = Always.

Indiquez si la question est vraie jamais, rarement, parfois, souvent ou toujours.
1 = Jamais, 2 = Rarement, 3 = Parfois, 4 = Souvent, 5 = Toujours.

1. I respect my body. / Je respecte mon corps.
2. I feel good about my body. / Je me sens bien à propos de mon corps.
3. I feel that my body has at least some good qualities. /Je sens que mon corps présente au moins certaines bonnes qualités.
4. I take a positive attitude towards my body. / Je prends une attitude positive envers mon corps.
5. I am attentive to my body’s needs. / Je suis attentif/ve aux besoins de mon corps.
6. I feel love for my body. / Je ressens de l’amour pour mon corps.
7. I appreciate the different and unique characteristics of my body. / J’apprécie les caractéristiques différentes et uniques de mon corps.
8. My behavior reveals my positive attitude toward my body; for example, I hold my head high and smile. / Mes comportements/ma conduite révèle mon attitude positive envers mon corps; par exemple, je tiens ma tête haute et je souris.
9. I am comfortable in my body. / Je suis confortable dans mon corps.
10. I feel like I am beautiful even if I am different from media images of attractive people (e.g., models, actresses/actors). / Je sens que je suis beau/belle même si je suis différent/e des images de beautés véhiculées dans les medias (ex: mannequins, acteurs/actrices).
Scoring Procedure: Average participants’ responses to Items 1 – 10.
Procédure de pointage: Moyenne des réponses des participants aux items 1 – 10.

*Traduction libre.

Le BAS-2 peut être utile à plusieurs niveaux (recherche, clinique, prévention, éducation) pour mieux comprendre l’appréciation corporelle et en faire la promotion auprès des patients/clients. Au sein des programmes de TACA, le BAS-2 peut être utilisé conjointement avec d’autres outils de mesure pour évaluer le progrès du patient/client et l’efficacité de son traitement. En processus de rétablissement du poids, la promotion de l’appréciation corporelle chez les patients souffrant d’anorexie peut être efficace puisque le patient/client se concentre davantage sur les caractéristiques positives de son corps (l’acceptation, l’amour et le respect du corps) et moins sur l’apparence physique. Les cliniciens peuvent aussi utiliser le BAS-2 avec des patients/clients présentant des préoccupations ou un trouble de l’IC afin d’engendrer un échange sur les aspects positifs  de leur image corporelle [7].

 

Eating Disorder Assessment for Men

Le questionnaire Eating Disorder Assessment for Men (EDAM) a été développé par Stanford et Lemberg (2012) pour mesurer les symptômes de TACA, soit l’IC, les préoccupations par rapport au poids et les questions relatives à la nourriture et à l’exercice spécifiques aux hommes. Cet outil préliminaire de 50 items (divisées en 5 parties) contient des questions spécifiques au corps masculin, aborde les symptômes de la boulimie d’une façon plus globale (notamment quant aux méthodes compensatoires) et implique la détection de la dysmorphie musculaire. Les études évaluant la fiabilité et la validité du EDAM chez les hommes atteints de TACA ont conclus que cet outil confirmait un diagnostic adéquat dans 82,1 % des cas [10, 11].

Bien que le EDAM ait le potentiel de devenir un outil valide pour définir la symptomatologie des TACA chez les hommes, il nécessite de plus amples recherches afin d’améliorer son efficacité. Une étude comprenant un échantillon d’au moins 400 hommes souffrant de TACA est nécessaire pour réaliser une analyse factorielle valide [12].

 

Références

  1. McFarland, M.B. and T.A. Petrie, Male body satisfaction: factorial and construct validity of the Body Parts Satisfaction Scale for Men. J Couns Psychol, 2012. 59(2): p. 329-37.
  2. Ogden, J., Body Dissatisfaction, in The Psychology of Eating : from Healthy to Disordered Eating. 2003, Blackwell Publishing: Malden. p. 302.
  3. Pope, H.G., Jr., K.A. Phillips, and R. Olivardia, The Adonis Complex: How to Identify, Treat, and Prevent Body Obsession in Men and Boys. 2000: Touchstone. 286 pages.
  4. Sladek, M.R., R. Engeln, and S.A. Miller, Development and validation of the Male Body Talk Scale: a psychometric investigation. Body image, 2014. 11(3): p. 233-244.
  5. Cafri, G. and J.K. Thompson, Measuring Male Body Image: A Review of the Current Methodology. Psychology of Men & Masculinity, 2004. 5(1): p. 18-29.
  6. McCreary, D.R. and D.K. Sasse, An exploration of the drive for muscularity in adolescent boys and girls. J Am Coll Health, 2000. 48(6): p. 297-304.
  7. Tylka, T.L. and N.L. Wood-Barcalow, The Body Appreciation Scale-2: Item refinement and psychometric evaluation. Body image, 2015. 12: p. 53-67.
  8. Avalos, L., T.L. Tylka, and N. Wood-Barcalow, The Body Appreciation Scale: development and psychometric evaluation. Body image, 2005. 2(3): p. 285-297.
  9. Tylka, T.L., Evidence for the Body Appreciation Scale’s measurement equivalence/invariance between U.S. college women and men. Body Image, 2013. 10(3): p. 415-8.
  10. Stanford, S.C. and R. Lemberg, Measuring eating disorders in men: development of the eating disorder assessment for men (EDAM). Eat Disord, 2012. 20(5): p. 427-36.
  11. Stanford, S.C. and R. Lemberg, A clinical comparison of men and women on the eating disorder inventory-3 (EDI-3) and the eating disorder assessment for men (EDAM). Eat Disord, 2012. 20(5): p. 379-94.
  12. Barbara G. Tabachnick, L.S.F., Using multivariate statistics. Fourth ed. 2000, Needham Heights: Allyn and Bacon.

Dernière mise à jour : 19 février 2016 à 16h08

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire