------------------------ Article ------------------------

Masculinité

L’influence de la masculinité sur la santé


Ce que vous devez retenir:

• Les hommes qui tentent d’adhérer le plus au modèle traditionnel de la masculinité s’intéressent moins à leur santé et consultent moins les professionnels de la santé.

• Le genre est un des facteurs socio-culturels qui influence le plus la santé et les comportements qui lui sont associés.

• Les comportements associés à la masculinité ont également une interaction avec l’âge, la religion, l’orientation sexuelle ou le statut socio-économique.

Lorsque l’on compare des hommes et des femmes qui vivent le même genre de désavantages sociaux entre eux, la littérature démontre que les hommes sont moins en santé que les femmes. Ils sont, par exemple, plus à risque de mourir du diabète, de maladies cardiovasculaires et de la majorité des types de cancers. [1] Alors que moins d’hommes sont diagnostiqués comme souffrant de la dépression, quatre fois plus d’hommes que de femmes se suicident chaque année. [2]

Cette différence entre les hommes et les femmes pourrait notamment s’expliquer par le fait que les hommes consultent moins les professionnels et les services de santé lorsqu’ils sont confrontés à divers problématiques. [3] S’intéresser à sa santé est considéré comme féminin et est associé à la fragilité, ce qui correspond à l’opposé de l’idéal de masculinité émulé par la société. [2] Rejeter les comportements considérés comme féminins fait partie du modèle de la masculinité hégémonique. [4]

Selon certains auteurs, le genre pourrait être un des facteurs socio-culturels les plus importants influençant la santé et les comportements qui lui sont associés. [1] Éviter de demander de l’aide au partenaire, aux amis, à la famille ou aux professionnels de la santé, ignorer ou nier le problème et tenter de se soigner soi-même font partie des comportements de santé associés à la masculinité. De même, être malade ne correspond pas au modèle de la masculinité. Ainsi, certains hommes préfèrent compenser ce manque de virilité ressenti par des comportements qui mettent leur santé à risque, notamment par l’utilisation excessive de drogue ou d’alcool, par des comportements sexuels à risque ou par la violence physique. [2] Les hommes qui intègrent le plus les normes de la masculinité hégémonique souffrent donc de risques accrus pour la santé. [5]

Évidemment, il est simpliste et inexact de mettre tous les hommes dans le même panier et de croire qu’ils agissent tous de façon uniforme dans un contexte donné. [3] La masculinité a certes un rôle à jouer sur la santé, mais les comportements qui lui sont associés interagissent avec d’autres déterminants de la santé tels que l’âge, la religion, l’orientation sexuelle, la classe sociale ou l’origine ethnique. [1, 2] Il existe différentes masculinités dont les manifestations sont nombreuses et changent selon la culture et l’époque. [3] Les professionnels de la santé doivent donc tenir compte de l’homme qui se trouve en face d’eux et non prendre pour acquis que les hommes représentent un groupe monolithique.

 

Références

  1. Evans, J., et al., Health, Illness, Men and Masculinities (HIMM): a theoretical framework for understanding men and their health. Journal of Men’s Health, 2011. 8(1): p. 7-15.
  2. Oliffe, J.L. and M.J. Phillips, Men, depression and masculinities: A review and recommendations. Journal of Men’s Health, 2008. 5(3): p. 194-202.
  3. Galdas, P.M., F. Cheater, and P. Marshall, Men and health help-seeking behaviour: literature review. Journal of Advanced Nursing, 2005. 49(6): p. 616-623.
  4. Courtenay, W.H., Constructions of masculinity and their influence on men’s well-being: a theory of gender and health. Social Science & Medecine, 2000. 50: p. 1385-1401.
  5. Courtenay, W.H., Endangering health: a social constructionist examination of men’s health beliefs and behaviors. Psychology of Men & Masculinity, 2000. 1: p. 4-15.

 

Dernière mise à jour : 28 janvier 2016 à 13h05

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire