------------------------ Article ------------------------

L’impact de la pression sociale


La pression sociale à se conformer aux idéaux corporels masculins véhiculés par la société peut influencer l’apparition d’une insatisfaction corporelle chez les adolescents et les hommes.

Ce que vous devez retenir:

• La pression extérieure que vit un individu peut précipiter un sentiment d’insatisfaction corporelle.

• L’insatisfaction corporelle est un facteur de risque du développement de TACA.

• La pression sociale constitue un facteur important dans le développement d’une image corporelle négative chez les adolescents.

Quand les normes socioculturelles dictent l’apparence

Les facteurs de risque menant à l’insatisfaction corporelle semblent similaires entre les hommes et les femmes [1, 2]. Parmi ceux-ci, notons la pression sociale que peut subir un individu pour répondre aux normes socioculturelles [3].

L’insatisfaction corporelle est un facteur de risque important des troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) [1, 2, 5-8]. Les TACA se développent habituellement à l’adolescence, période où les jeunes connaissent une plus grande insatisfaction corporelle [1, 5-8]. Certains mentionnent que cette insatisfaction représenterait un événement normatif chez les adolescentes [1]. Bien qu’il existe moins d’études chez les garçons du même âge, certains auteurs suggèrent que les adolescents connaissent aussi une insatisfaction corporelle [1, 2, 11], plus particulièrement les garçons en surpoids (due à une préoccupation en lien avec le poids qui les incite souvent à entreprendre un régime amaigrissant) de même que les garçons dont l’indice de masse corporelle (IMC) est bas (dû à une musculature trop petite) [7, 11, 12]. Comme les idéaux corporels ne sont pas les mêmes entre les hommes et les femmes, l’insatisfaction corporelle diffère sur plusieurs points entre les deux sexes [1, 9]. En effet, les jeunes filles et les femmes souhaitent davantage perdre du poids pour atteindre un corps mince alors que les garçons et les hommes recherchent davantage à augmenter leur masse musculaire [2, 4, 6, 7, 11-14].

 

Un impact important

La pression sociale constitue un facteur important dans le développement d’une image corporelle négative chez les adolescents (garçons et filles) [1, 2, 9, 14]. La pression socioculturelle qui incite les hommes à avoir une plus grande masse musculaire pour correspondre au stéréotype masculin idéalisé par les médias crée un impact négatif chez les adolescents. Pour ces derniers, cette volonté à développer un corps plus musclé est associée à une plus faible estime de soi, plus de dépression, une plus grande insatisfaction corporelle, une perturbation de l’image corporelle et les incite aussi à employer des stratégies particulières (comme un entrainement musculaire de type « body building », la pratique excessive d’une activité physique et l’abus de stéroïdes anabolisants) pour parvenir à ce « corps idéal » [2, 4, 7, 8, 10-12, 14].

Les jeunes hommes tendent à se percevoir plus minces et moins musclés qu’ils le sont réellement. Entre 28% et 68% des garçons adolescents de poids normal tentent de gagner du poids (c’est-à-dire de la masse musculaire) ou aimeraient y parvenir [4]. On estime aussi que 50% à 70% des hommes seraient insatisfaits de leur apparence physique [9, 10].

Depuis le milieu des années 80, les normes socioculturelles américaines ont grandement changé en ce qui a trait à l’idéal masculin, de sorte que les hommes sont de plus en plus préoccupés par leur apparence corporelle [10]. La pression sociale du « bien paraître » influence aussi les hommes homosexuels qui montrent plus d’insatisfaction quant à leur apparence physique que les hommes hétérosexuels [11]. Cette pression peut naître de l’influence de certaines personnes ou de différentes formes de pressions liées à l’apparence [1, 8]. Par exemple, les adolescents qui grandissent dans un environnement axé sur l’apparence sont habituellement plus préoccupés par leur propre image corporelle [1]. Lorsque l’environnement social met l’accent sur l’apparence ou fait la promotion d’un certain idéal de beauté, les adolescents sont plus susceptibles d’adopter ces normes. L’acceptation d’autrui sur la base de l’apparence constitue donc un prédicteur majeur des préoccupations en lien avec l’image corporelle chez les filles et les garçons, bien que les études ont seulement pu vérifier l’impact chez les jeunes filles [1, 15].

 

Références

  1. Helfert, S. and P. Warschburger, A prospective study on the impact of peer and parental pressure on body dissatisfaction in adolescent girls and boys. Body Image, 2011. 8(2): p. 101-109.
  2. Ricciardelli, L.A. and M.P. McCabe, A biopsychosocial model of disordered eating and the pursuit of muscularity in adolescent boys. Psychol Bull, 2004. 130(2): p. 179-205.
  3. Cafri, G., et al., The Influence of Sociocultural Factors on Body Image: A Meta-Analysis. Clinical Psychology: Science and Practice, 2005. 12(4): p. 421-433.
  4. McCreary, D.R. and D.K. Sasse, An exploration of the drive for muscularity in adolescent boys and girls. J Am Coll Health, 2000. 48(6): p. 297-304.
  5. Martinsen, M., et al., Dieting to win or to be thin? A study of dieting and disordered eating among adolescent elite athletes and non-athlete controls. British Journal of Sports Medicine, 2010. 44(1): p. 70-76.
  6. Krentz, E.M. and P. Warschburger, A longitudinal investigation of sports-related risk factors for disordered eating in aesthetic sports. Scand J Med Sci Sports, 2013. 23(3): p. 303-10.
  7. Jones, D. and J. Crawford, Adolescent Boys and Body Image: Weight and Muscularity Concerns as Dual Pathways to Body Dissatisfaction. Journal of Youth and Adolescence, 2005. 34(6): p. 629-636.
  8. Helfert, S. and P. Warschburger, The face of appearance-related social pressure: gender, age and body mass variations in peer and parental pressure during adolescence. Child Adolesc Psychiatry Ment Health, 2013. 7(1): p. 16.
  9. Ricciardelli, L.A., M.P. McCabe, and S. Banfield, Body image and body change methods in adolescent boys: Role of parents, friends and the media. Journal of Psychosomatic Research, 2000. 49(3): p. 189-197.
  10. Grognan, S. and H. Richards, Body Image: Focus Groups with Boys and Men. Men and Masculinities, 2002. 4(3): p. 219-232.
  11. Tiggemann, M., Y. Martins, and A. Kirkbride, Oh to be lean and muscular: Body image ideals in gay and heterosexual men. Psychology of Men & Masculinity, 2007. 8(1): p. 15-24.
  12. McCabe, M.P. and L.A. Ricciardelli, Parent, peer, and media influences on body image and strategies to both increase and decrease body size among adolescent boys and girls. Adolescence, 2001. 36(142): p. 225-40.
  13. Ravaldi, C., et al., Gender role, eating disorder symptoms, and body image concern in ballet dancers. J Psychosom Res, 2006. 61(4): p. 529-35.
  14. McCabe, M.P. and L.A. Ricciardelli, A prospective study of pressures from parents, peers, and the media on extreme weight change behaviors among adolescent boys and girls. Behav Res Ther, 2005. 43(5): p. 653-68.
  15. McCabe, M.P. and L.A. Ricciardelli, Body image dissatisfaction among males across the lifespan: A review of past literature. Journal of Psychosomatic Research, 2004. 56(6): p. 675-685.

 

 

Dernière mise à jour : 25 janvier 2016 à 14h35

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire