------------------------ Article ------------------------

Anorexie

Les hommes en consultation


Les hommes consultent moins lorsqu’ils ont besoin d’aide et sont plus insatisfaits des services offerts que les femmes [1]. Dans le domaine de la santé, les interventions auprès des hommes ne semblent donc pas adaptées à leurs besoins et réalités. Pour mieux intervenir, il est important de comprendre d’abord ce qui motive les hommes à consulter et ce qui caractérise leur demande d’aide.

Ce que vous devez retenir:

• Les hommes se confient plus souvent à leur conjoint(e) en cas de problème qu’à quiconque et près de la moitié d’entre eux préfèrent n’en parler à personne.

• Le processus d’aide chez les hommes est divisé en trois étapes : la perception, la décision et l’action.

• Lorsqu’ils demandent de l’aide, les hommes ressentent généralement un sentiment de honte.

• Les exigences de la masculinité et de la thérapie sont opposées, ce qui explique en partie l’insatisfaction des hommes face à de tels services.

Une étude réalisée en 2008-2009 démontre qu’à partir de l’âge de 12 ans, les filles et les femmes consultent davantage que les garçons et les hommes pour des raisons médicales et psychosociales [1]. Si les hommes ne consultent pas de professionnels de la santé, à qui se confient-ils en cas de problème? Selon une étude menée par Tremblay et coll. (2005), la majorité des hommes interrogés, soit 84,5 %, se confiait à leur conjoint(e). De plus, près de la moitié d’entre eux, soit 48,8 %, préférait ne demander de l’aide à personne.

Le processus d’aide pour les hommes est divisé en trois étapes [1]:

1)   Perception
Plus souvent qu’autrement, c’est une tierce personne qui s’aperçoit du problème en premier.

2)   Décision
Beaucoup d’hommes vont d’abord opter pour le déni ou encore la dissimulation du problème. Dans certains cas, les hommes vont tenter de régler le problème par eux-mêmes. On observe en effet plus souvent chez les hommes le phénomène d’auto-médication.

3)   Action
Les hommes vont finalement demander de l’aide que lorsque leur corps « flanche », en situation de crise ou encore en raison de la pression par les pairs. Aussi, les hommes se tournent souvent vers Internet pour trouver des solutions à leurs problèmes, malgré le fait que ce type de ressource ne soit pas toujours approprié.

Alors que les femmes qui consultent ressentent plus souvent de la culpabilité, les hommes pour leur part présentent généralement un sentiment de honte. La honte ressentie pousse les hommes à se mettre sur la défensive, ce qui complique l’intervention auprès d’eux. Il est donc capital d’en être conscient et d’être vigilent de ne pas activer ces mécanismes de défenses lors du processus d’aide [1].

Mis à part ce sentiment de honte ressentie par les hommes, pour quelles raisons est-ce si difficile pour eux de demander de l’aide et pourquoi sont-ils insatisfaits des services offerts? Le tableau suivant basé sur les résultats de Brooks (1998) [2] démontre les exigences relatives à la masculinité ainsi qu’à la thérapie, et donc le paradoxe des besoins de chacun.

Tableau 1 : Exigences de la masculinité et de la thérapie

Exigences de la masculinité Exigences de la thérapie
Cacher sa vie privée Dévoiler sa vie privée
Maintenir le contrôle Renoncer au contrôle
Sexualiser l’intimité Intimité non sexuelle
Montrer sa force Montrer ses faiblesses
Exprimer sa fierté Expérimenter la honte
Être invincible Être vulnérable
Être indépendant Chercher de l’aide
Être stoïque Exprimer ses émotions
Agir-faire Être introspectif
Éviter les conflits S’attaquer aux conflits
Nier sa douleur/sa souffrance Confronter sa douleur/sa souffrance
Persister indéfiniment Reconnaître ses échecs
Feindre l’omniscience Admettre son ignorance

 

Ces exigences opposées expliquent en partie cette difficulté à inclure les hommes dans les services tels qu’ils sont conçus présentement. Bien que les stéréotypes masculins soient de moins en moins forts chez les nouvelles générations, le faible taux de consultations demeure et une adaptation des services est nécessaire pour changer la situation [1].

 

Références

  1. Tremblay, G. and P. L’Heureux, Intervenir auprès des hommes. 2015: Montréal.
  2. Brooks, G.R., A New Psychotherapy for Traditional Men. 1998, San Francisco, CA: Jossey-Bass.

Dernière mise à jour : 18 mars 2016 à 10h44

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire