------------------------ Article ------------------------

Image corporelle

L’approche intégrée pour la prévention des troubles alimentaires


Les troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA), tels que l’anorexie, la boulimie et l’hyperphagie boulimique (HB), représentent des conditions pouvant altérer la santé physique et psychologique d’un individu [1-3]. Des programmes de prévention sont essentiels pour tenter de contrecarrer ces problèmes de santé importants [3]. L’approche intégrée constitue un programme de prévention prometteur selon plusieurs auteurs.

Ce que vous devez retenir :

• Les programmes de prévention sont essentiels pour freiner le nombre de diagnostics de troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA).

• L’approche intégrée est un programme combinant des actions pour prévenir à la fois les TACA et l’obésité, des problèmes de santé qui partageraient plusieurs facteurs de risque similaires, notamment une insatisfaction corporelle et une faible estime de soi.

• L’approche intégrée permettrait de contrecarrer les effets pervers d’une approche de prévention individuelle.

• Les pratiques exemplaires des programmes de prévention intégrée devraient se concentrer sur la promotion de la santé et le bien-être, plutôt que sur le risque ou la maladie, et le changement ne devrait pas être perçu comme étant exclusivement une responsabilité individuelle.

Prévenir les troubles alimentaires en mettant en place une approche intégrée

L’apparition et le développement des TACA sont influencés par de nombreux facteurs, notamment une insatisfaction corporelle, une faible estime de soi et la glorification des idéaux corporels projetés par différents médias. Étonnamment, les problèmes d’obésité partagent plusieurs facteurs de risque similaires aux TACA. En ce sens, plusieurs auteurs ont suggéré au cours des dernières années de combiner les programmes de prévention des TACA et de l’obésité en une approche intégrée afin de mener de front ces deux problèmes de santé importants. De surcroît, une telle approche permettrait de contrecarrer les effets pervers d’une approche individuelle (p. ex. : une campagne de prévention contre l’obésité pourrait mener une personne à développer une anorexie ou une boulimie, ou vice versa) [2-6].

 

Les pratiques exemplaires d’une approche de prévention intégrée

Les modèles typiques de programmes de prévention des TACA se basent sur des modèles de changement individuel. Les pratiques exemplaires inclues dans les programmes de prévention intégrée se concentrent plutôt sur la promotion de la santé et le bien-être, et non uniquement sur le risque ou la maladie, et devraient mettre l’accent sur la modification des institutions et des facteurs environnementaux ayant un impact sur les environnements sociaux et physiques. Ainsi, selon cette approche intégrée, le changement ne devrait pas être exclusivement une responsabilité individuelle [4, 5].

Une approche de prévention basée sur la promotion de la santé reconnaît que l’enjeu est plus que la simple prévention d’une maladie chez les individus. Ainsi, le développement d’un environnement et de politiques basés sur la santé permettent aux individus de se concentrer sur leur vie et leur santé, plutôt que sur leur poids et leur image corporelle [4].

Parmi les recommandations de pratiques exemplaires pour les programmes de prévention intégrée recensées par Russell-Mayshew et coll. [5], on suggère de mettre l’accent sur le développement d’une image corporelle saine et positive, d’encourager la tolérance en ce qui a trait aux différents types d’apparence et de contester les standards de beauté actuels [4]. Les pratiques qui sont à éviter ou celles qui ne fonctionnent pas dans les programmes de prévention sont celles qui mettent l’accent sur le poids [5].

 

Références

  1. American Psychiatric Association, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorder (DSM-5). Fifth ed, ed. A.p. publisher. 2013: Washington DC.
  2. Haines, J. and D. Neumark-Sztainer, Prevention of obesity and eating disorders: a consideration of shared risk factors. Health Education Research, 2006. 21(6): p. 770-782.
  3. Sánchez-Carracedo, D., D. Neumark-Sztainer, and G. López-Guimera, Integrated prevention of obesity and eating disorders: barriers, developments and opportunities. Public health nutrition, 2012. 15(12): p. 2295-2309.
  4. Russell-Mayhew, S., The last word: Stop the war on weight: Obesity and eating disorder prevention working together toward health. Eating Disorders, 2006. 14: p. 253-263,.
  5. Russell-Mayhew, S. and A.D. Grace, A call for social justice and best practices for the integrated prevention of eating disorders and obesity. Eating disorders, 2016. 24(1): p. 54–62.
  6. Piran, N., New possibilities in the prevention of eating disorders: The introduction of positive body image measures. Body image, 2015. 14: p. 146-157.

Dernière mise à jour : 30 mars 2016 à 11h38

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire