------------------------ Article ------------------------

Dyslipidémie : une conséquence fréquemment observée


L’hypercholestérolémie est un problème de santé fréquemment observé chez les personnes souffrant de troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) tels que l’anorexie et la boulimie [1-4]. Les hommes atteints d’hyperphagie boulimique (HB) présenteraient aussi des taux de cholestérol sanguin élevés [5]. Cette perturbation des lipides sanguins augmentent les risques de complications cardiovasculaires chez ces patients [5].

Ce que vous devez retenir:

• L’hypercholestérolémie est fréquemment observée chez les patients atteints d’anorexie et de boulimie. Les hommes souffrant d’hyperphagie boulimique présentent aussi des taux de cholestérol élevés.

• Chez les anorexiques, l’augmentation du taux sérique de cholestérol total serait principalement due à la restriction alimentaire, causant une perturbation dans le métabolisme des lipides, alors que chez les boulimiques, les excès alimentaires lors des orgies seraient le principal facteur associé à cette hypercholestérolémie.

Anorexie et hypercholestérolémie

Les anorexiques présentent souvent des concentrations sanguines plus élevées de cholestérol total (CT), de cholestérol-LDL (C-LDL) et de cholestérol-HDL (C-HDL) [1-3, 6]. Les résultats de Rigaud et coll. [3] corroborent ces données en montrant des taux de CT, de C-LDL et de C-HDL nettement supérieurs chez leurs sujets anorexiques lorsque comparés à un groupe contrôle.

On estime que plus de la moitié des patients anorexiques développent une hypercholestérolémie secondaire à leur TACA [1-3, 5, 7, 8]. Cette perturbation des lipides sanguins chez les anorexiques constitue un paradoxe puisque : 1-ces patients restreignent habituellement l’apport en matières grasses de leur alimentation et 2-l’émaciation et la malnutrition (caractéristiques de l’anorexie) sont plutôt associées à des taux diminués de CT [3, 5]. Les mécanismes pathophysiologiques sous-jacents de cette hypercholestérolémie ne sont pas encore bien compris, mais on évoque une perturbation du métabolisme des lipides se traduisant en l’augmentation de la synthèse du cholestérol (particulièrement du C-LDL), et ce même en présence d’une restriction alimentaire et des apports en acides gras saturés et en cholestérol alimentaires, ainsi que la diminution de son catabolisme [1-4, 8]. Le retour à une alimentation équilibrée et la reprise du poids corporel permettent au patient de normaliser ses taux de lipides sanguins à des cibles souhaitées [1, 3]. Ceci appuie les hypothèses suggérant que le métabolisme du cholestérol est accéléré chez les anorexiques présentant des niveaux sériques normaux d’acides gras libres [1].

Devrait-on prescrire une médication hypolipémiante aux anorexiques?

Ohwada et coll. [1] ne semblent pas suggérer la prise d’hypolipémiants aux anorexiques présentant des taux de cholestérol sanguin élevés. Comme le taux de C-HDL augmente aussi avec le taux de C-LDL en période d’anorexie et que cette hypercholestérolémie se normalise lors de la rémission du patient, les anorexiques n’auraient pas besoin de prendre une telle médication.

 

Les boulimiques aussi présentent des dyslipidémies

Les patients atteints de boulimie présenteraient aussi une dyslipidémie [7, 9], mais leur nombre serait moins important que chez les anorexiques. Monteleone et coll. [7] avancent des proportions allant de 19 à 48% des boulimiques qui présenteraient des taux élevés de CT. Cette hypercholestérolémie peut constituer un facteur de risque cardiovasculaire pour ces patients [7].

Bien que la relation de cause-à-effet soit difficile à établir, l’élévation du cholestérol sanguin chez les boulimiques semble être associée à une consommation accrue de matières grasses et de cholestérol alimentaire (particulièrement chez les patients s’adonnant à des orgies alimentaires) plutôt qu’à une restriction comme chez les anorexiques [7, 9]. Ces excès alimentaires provoqueraient une activation exagérée du système nerveux sympathique et cette hyperactivation provoquerait une augmentation significative des niveaux de lipides sériques chez les boulimiques symptomatiques [7].

 

Qu’en est-il des patients atteints d’hyperphagie boulimique?

L’hyperphagie boulimique (HB), un TACA caractérisé par des crises de boulimie récurrentes (sans comportement compensatoire), influence aussi les valeurs métaboliques. En effet, Hudson et coll. [5] ont démontré que les hommes hyperphagiques présentaient des taux de cholestérol sanguin plus élevés lorsqu’ils étaient comparés à un groupe contrôle ne souffrant pas d’HB.

 

Références

  1. Ohwada, R., et al., Etiology of hypercholesterolemia in patients with anorexia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 2006. 39(7): p. 598-601.
  2. Žák, A., et al., Composition of plasma fatty acids and non-cholesterol sterols in anorexia nervosa. Physiol. Res, 2005. 54: p. 443-451.
  3. Rigaud, D., I. Tallonneau, and B. Vergès, Hypercholesterolaemia in anorexia nervosa: frequency and changes during refeeding. Diabetes & metabolism, 2009. 35(1): p. 57-63.
  4. Vize, C.M. and S. Coker, Hypercholesterolemia in bulimia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 1994. 15(3): p. 293-295.
  5. Hudson, J.I., et al., Longitudinal study of the diagnosis of components of the metabolic syndrome in individuals with binge-eating disorder. Am J Clin Nutr, 2010. 91(6): p. 1568-73.
  6. Misra, M., et al., Uncoupling of cardiovascular risk markers in adolescent girls with anorexia nervosa. The Journal of pediatrics, 2006. 149(6): p. 763-769. e1.
  7. Mehler, P.S., D. Lezotte, and R. Eckel, Lipid levels in anorexia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 1998. 24(2): p. 217-221.
  8. Monteleone, P., et al., Enhanced serum cholesterol and triglyceride levels in bulimia nervosa: relationships to psychiatric comorbidity, psychopathology and hormonal variables. Psychiatry research, 2005. 134(3): p. 267-273.
  9. Nova, E., et al., Evolution of serum biochemical indicators in anorexia nervosa patients: a 1‐year follow‐up study. Journal of human nutrition and dietetics, 2008. 21(1): p. 23-30.
  10. Pauporte, J. and B.T. Walsh, Serum cholesterol in bulimia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 2001. 30(3): p. 294-298.
  11. Sullivan, P.F., et al., Elevated total cholesterol in bulimia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 1998. 23(4): p. 425-432.

 

Dernière mise à jour : 25 janvier 2016 à 15h26

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire