------------------------ Article ------------------------

Croyances de santé, expression des émotions et douleur physique


Les croyances et les attitudes associées à la santé ont un impact direct sur la façon dont les hommes perçoivent leur santé et agissent (ou pas) pour régler leurs problèmes.

Ce que vous devez retenir:

• Les hommes se croient autant en santé que les femmes, mais se sentent davantage immunisés par rapport aux risques associés à divers comportements.

• Les hommes qui adhèrent le plus à la masculinité traditionnelle sont ceux qui s’intéressent le moins à la santé en général.

• Les hommes ont honte d’aller chercher de l’aide et sentent qu’il n’est pas accepté par la société d’exprimer leurs émotions ou leur douleur physique.

Même si on a longtemps cru que les hommes étaient plus enclins que les femmes à déclarer être en bonne santé, il semble plutôt que les deux groupes aient la même perception à ce sujet. [1] Cependant, les hommes se croient davantage protégés des risques associés à la consommation d’alcool, de drogues ou au tabagisme et sont des plus grands adeptes de ces substances que les femmes. [2]

Par rapport au poids et à l’image corporelle, on a longtemps cru que les hommes s’en souciaient moins que les femmes.  Au contraire, l’insatisfaction corporelle est un phénomène qui prend de plus en plus d’importance chez cette population et le niveau de musculature représente un élément important de cette insatisfaction. [3] Selon le rapport « Poids corporel de la population adulte québécoise : mise à jour 2005 », un homme québécois sur deux (47 %) faisant de l’embonpoint estime qu’il a un excès de poids  et 61% des hommes qui ont un poids insuffisant estiment correctement leur statut pondéral. [4] C’est probablement parce que les hommes ne visent pas les mêmes critères de beauté que les femmes et ne désirent pas être aussi minces. [3]

Les hommes sont moins intéressés par la santé et désirent moins en apprendre sur le sujet que les femmes. Les hommes qui adhèrent le plus à la masculinité traditionnelle sont ceux qui s’y intéressent le moins et qui adoptent les comportements les plus délétères à leur santé. [5] Pour en savoir plus sur l’impact de la masculinité sur la santé, consultez notre article à ce sujet.

Les hommes sont moins enclins à s’ouvrir à leur entourage ou aux professionnels de la santé lorsqu’ils vivent différents problèmes ou simplement pour parler de leurs émotions. [6] Ils sentiraient plus de honte à aller chercher de l’aide pour régler leurs problèmes de santé. [1] Les hommes qui correspondent davantage au modèle masculin stéréotypé sont pourtant plus à risque de souffrir de dépression, mais moins susceptibles d’aller chercher de l’aide. [7, 8]

En bref, le modèle de masculinité hégémonique qui est émulé par la société nord-américaine met une pression énorme sur les hommes à ne jamais se plaindre de leurs problèmes de santé physique ou mentale, ce qui les place dans une position ou chercher de l’aide les gênent. [9]

 

Références

  1. Roy, J., G. Tremblay, and D. Guilmette, Perceptions des hommes québécois de leurs besoins psychosociaux et de santé ainsi que leur rapport aux services Méta‐synthèse. 2014, Université Laval: Québec.
  2. Courtenay, W.H., Constructions of masculinity and their influence on men’s well-being: a theory of gender and health. Social Science & Medecine, 2000. 50: p. 1385-1401.
  3. Blashill, A.J., Gender roles, eating pathology, and body dissatisfaction in men: a meta-analysis. Body Image, 2011. 8(1): p. 1-11.
  4. Lamontagne, P. and D. Hamel, Poids corporel de la population adulte québécoise : mise à jour 2005. 2008, Institut national de santé publique du Québec,: Québec.
  5. Courtenay, W.H., Endangering health: a social constructionist examination of men’s health beliefs and behaviors. Psychology of Men & Masculinity, 2000. 1: p. 4-15.
  6. Courtenay, W.H., Key Determinants of the Health and the Well-Being of Men and Boys. International Journal of Men’s Health, 2003. 2(1): p. 1-27.
  7. Oliffe, J.L. and M.J. Phillips, Men, depression and masculinities: A review and recommendations. Journal of Men’s Health, 2008. 5(3): p. 194-202.
  8. Galdas, P.M., F. Cheater, and P. Marshall, Men and health help-seeking behaviour: literature review. Journal of Advanced Nursing, 2005. 49(6): p. 616-623.
  9. Tremblay, G. and A. Careau, Les services aux hommes sur le territoire du CSSS de la Vieille‐Capitale : Perception des intervenants et des hommes. 2014, Masculinités et Société: Québec. p. 54 pages.

Dernière mise à jour : 28 janvier 2016 à 13h22

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire