------------------------ Article ------------------------

Anorexie

Anorexie et complications cardiovasculaires


Les problèmes cardiovasculaires sont des complications courantes des troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA). On estime que 80% des patients atteints d’un TACA présentent de telles complications [1-5]. Les sujets anorexiques semblent davantage touchés par des problèmes cardiaques que les patients atteints d’autres TACA. Ces troubles doivent être pris au sérieux, puisqu’ils peuvent mettre la vie de certains patients en péril, et même causer la mort [3, 4, 6, 7].

Ce que vous devez retenir:

• Les problèmes cardiovasculaires sont des complications courantes des TACA, affectant environ 80% des patients; les anorexiques semblent davantage touchés par ces troubles de santé du cœur.

• La bradycardie constitue la condition cardiaque la plus fréquemment observée chez les patients souffrant d’anorexie.

• Il ne faut pas négliger les complications cardiovasculaires chez un patient, puisque dans certains cas elles peuvent engendrer la mort.

Quand la santé du cœur est compromise

La peur de prendre du poids, une privation alimentaire de même que les troubles neuroendocriniens caractéristiques de l’anorexie engendrent des conséquences importantes à court et à long terme sur plusieurs systèmes de l’organisme, dont le système cardiovasculaire. Le trouble le plus fréquemment observé chez les patients anorexiques est la bradycardie sinusale (rythme cardiaque trop lent). Cette condition est particulièrement inquiétante lorsqu’elle coexiste avec d’autres anomalies cardiaques, tels que des arythmies ou une prolongation de l’intervalle QT (un allongement excessif de l’intervalle QT crée un environnement électrophysiologique propice à la survenue de complications cardiaques). Parmi les autres conséquences cardiovasculaires possibles qui peuvent survenir chez les patients anorexiques, notons aussi la modification de la masse myocardique et l’hypotension [1-8].

En période de rémission, lorsque les habitudes alimentaires se rétablissent et qu’il y a reprise du poids dans des limites normales, les troubles cardiaques semblent s’estomper et le patient retrouve alors une santé cardiovasculaire [3-7].

 

La mort : un risque potentiel

L’anorexie présente le taux de décès le plus élevé parmi tous les désordres psychiatriques. De plus, lorsque comparés à des sujets en santé du même groupe d’âge, les patients anorexiques présenteraient un taux de mortalité prématurée accru, et ces décès semblent souvent être associés à des complications liées à la santé du cœur. On estime qu’au moins le tiers de ces décès seraient dus à des causes cardiaques, surtout les morts subites [3, 5]. Ces morts subites surviendraient conséquemment aux arythmies développées par le patient, particulièrement à la bradycardie sinusale [1, 2, 4, 5, 7]. Une prolongation de l’intervalle QT constituerait un facteur de risque important d’une mort subite chez un patient anorexique [1, 3, 5]. On estime que la mort survient chez 1 à 20% des patients souffrant d’anorexie [5].

Le syndrome de réalimentation : un risque pour le cœur?

Chez les patients anorexiques, la période de rémission consiste à retrouver des habitudes alimentaires saines et un poids dans des limites normales. Or, pour certains patients, un apport calorique plus élevé (via une alimentation régulière ou entérale) peut augmenter le risque de complications cardiovasculaires (en provoquant un syndrome de réalimentation). Les manifestations possibles incluent des arythmies, de la tachycardie (rythme cardiaque trop rapide), une insuffisance cardiaque congestive et même une mort subite par arrêt cardiaque [1, 5]. Un syndrome de réalimentation surviendrait chez 6% des patients hospitalisés [1].

 

Professionnels de la santé : restez à l’affût!

En tant que professionnel de la santé, il est important de rester à l’affût des symptômes pouvant être reliés à des troubles cardiovasculaires afin de prévenir toutes complications (qui peuvent parfois être fatales). En cas de doute ou si vous constatez un symptôme préoccupant, référez immédiatement votre patient à son médecin, à un professionnel de la santé qualifié ou encore à l’urgence.

 

 

Références

  1. Casiero, D. and W.H. Frishman, Cardiovascular complications of eating disorders. Cardiology in review, 2006. 14(5): p. 227-231.
  2. Abuzeid, W. and C. Glover, Acute myocardial infarction and anorexia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 2011. 44(5): p. 473-476.
  3. Di Cola, G., et al., Cardiovascular disorders in anorexia nervosa and potential therapeutic targets. Internal and emergency medicine, 2014. 9(7): p. 717-721.
  4. Meczekalski, B., A. Podfigurna-Stopa, and K. Katulski, Long-term consequences of anorexia nervosa. Maturitas, 2013. 75(3): p. 215-20.
  5. Jáuregui-Garrido, B. and I. Jáuregui-Lobera, Sudden death in eating disorders. Vascular health and risk management, 2012. 8: p. 91.
  6. Williams, P.M., J. Goodie, and C.D. Motsinger, Treating eating disorders in primary care. American family physician, 2008. 77(2): p. 187-195.
  7. Yahalom, M., et al., The Significance of Bradycardia in Anorexia Nervosa. The International journal of angiology: official publication of the International College of Angiology, Inc, 2013. 22(2): p. 83.
  8. Haller, E., Eating disorders. A review and update. Western journal of medicine, 1992. 157(6): p. 658.

Dernière mise à jour : 1 avril 2015 à 18h34

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire