------------------------ Article ------------------------

Anorexie

Anémie : souvent observée dans les cas d’anorexie et de pica


L’anémie ferriprive constitue la forme d’anémie la plus répandue à travers le monde, touchant environ 1 à 2% des adultes [1, 2]. Chez les patients atteints de troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) comme l’anorexie, il n’est pas rare de constater ce type d’anémie [3, 4].

Ce que vous devez retenir:

• Les patients atteints d’anorexie présentent souvent de l’anémie, qui serait occasionnée par des carences alimentaires.

• On remarque souvent une anémie chez les patients atteints de pica. La pagophagie serait le type de pica le plus fréquemment observé chez ces derniers.

Anorexie et anémie

Une anémie peut grandement compromettre les activités quotidiennes d’un patient puisque les symptômes de cette condition incluent entre autres une grande fatigue ainsi qu’une faiblesse pouvant altérer la performance au quotidien [2-4]. Les causes menant à une anémie sont nombreuses. Elle est fréquemment observée chez les patients ayant un apport alimentaire inadéquat, comme ceux souffrant d’anorexie. La restriction calorique que s’imposent les anorexiques induit plus souvent qu’autrement de multiples carences en vitamines et minéraux [3-6]. On estime que la prévalence de l’anémie chez les patients souffrant d’anorexie varie de 21 à 39% [4, 6]. Siegel et coll. [7] ont remarqué que plus de 50% de leurs patients masculins anorexiques présentaient des valeurs d’hématocrite (soit le volume de globules rouges par rapport au volume sanguin total) sous les valeurs attendues pour leur âge (la diminution du taux d’hématocrite peut refléter la présence d’une anémie).

Les études montrant un lien entre l’anorexie et la présence d’une anémie regroupent souvent un plus grand nombre de jeunes filles ou de femmes anorexiques que de garçons ou d’hommes atteints de ce TACA. Il serait intéressant de se pencher sur un nombre de patients masculins plus important pour voir si les garçons et les hommes atteints d’anorexie présentent les mêmes conséquences hématologiques que les jeunes filles et les femmes anorexiques.

En tant que professionnel de la santé, lorsque vous dénotez la présence d’une anémie chez votre patient, il est important de référer ce dernier à son médecin traitant afin qu’il puisse évaluer la gravité de l’anémie et prescrire une supplémentation de fer (si requis). Les nutritionnistes pourront à leur tour encourager une prise alimentaire plus équilibrée ainsi que la consommation d’aliments riches en fer (telles les viandes rouges, le foie, les céréales à déjeuner enrichies, les légumineuses et certains légumes).

 

Le cas du pica

De façon générale, le pica (TACA qui pousse les individus à ingérer des substances non nutritives et/ou non comestibles) ne résulte habituellement pas de carences vitaminiques ou minérales. Ceci dit, on remarque dans certains cas que le pica serait associé à l’anémie ferriprive [1, 2, 8-11]. Hippocrate aurait d’ailleurs écrit à ce sujet que l’envie de manger de la terre était associée à une altération du sang [10]. Parmi les manifestations cliniques de ce type d’anémie, on relève le pica comme pouvant être un symptôme (au même titre que la fatigue) et un signe clinique (au même titre que la pâleur) [2, 11]. Barton et coll. [10] ont recensé la présence de pica chez 45% de leurs sujets carencés en fer exigeant une supplémentation intraveineuse; la pagophagie (consommation pathologique de glace) était le type de pica majoritairement observé chez ces patients [1, 2].

 

Références

  1. Liu, K. and A.J. Kaffes, Iron deficiency anaemia: a review of diagnosis, investigation and management. European journal of gastroenterology & hepatology, 2012. 24(2): p. 109-116.
  2. Sher, Y. and J.R. Maldonado, An Insatiable Desire for Tofu: A Case of Restless Legs and Unusual Pica in Iron Deficiency Anemia. Psychosomatics, 2014. 55(6): p. 680-685.
  3. Vande Zande, V.L., J.J. Mazza, and S.H. Yale, Hematologic and metabolic abnormalities in a patient with anorexia nervosa. Wisconsin Medical Journal 2004. 103(2): p. 38-40.
  4. Cleary, B.S., J.L. Gaudiani, and P.S. Mehler, Interpreting the complete blood count in anorexia nervosa. Eating disorders, 2010. 18(2): p. 132-139.
  5. Kennedy, A., et al., Iron status and haematological changes in adolescent female inpatients with anorexia nervosa. Journal of paediatrics and child health, 2004. 40(8): p. 430-432.
  6. Hütter, G., S. Ganepola, and W.K. Hofmann, The hematology of anorexia nervosa. International Journal of Eating Disorders, 2009. 42(4): p. 293-300.
  7. Siegel, J.H., et al., Medical complications in male adolescents with anorexia nervosa. Journal of adolescent health, 1995. 16.
  8. American Psychiatric Association, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorder (DSM-5). Fifth ed, ed. A.p. publisher. 2013: Washington DC.
  9. Kelly, N.R., et al., Pediatric feeding and eating disorders: current state of diagnosis and treatment. Curr Psychiatry Rep, 2014. 16(5): p. 446.
  10. Barton, J.C., J.C. Barton, and L.F. Bertoli, Pica associated with iron deficiency or depletion: clinical and laboratory correlates in 262 non-pregnant adult outpatients. BMC Hematology, 2010. 10(1): p. 9.
  11. Miao, D., S.L. Young, and C.D. Golden, A meta‐analysis of pica and micronutrient status. American Journal of Human Biology, 2015. 27(1): p. 84-93.

Dernière mise à jour : 3 juin 2015 à 11h07

Type de professionnels :
Infirmières Kinésiologues Médecins Nutritionnistes Psychologues Travailleurs sociaux
Laisser un commentaire